Le 6 juin 2017, Journée mondiale de la lutte contre les nuisibles

Autrefois, confronté à des nuisibles dans une maison, on faisait appel au « dératiseur » ou « désinfecteur », dont le travail ne se résumait souvent qu’à vaporiser des pesticides. De nos jours, la profession du désinfestateur se présente bien différemment. Ses compétences acquises lors d’une formation contrôlée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lui permettent d’assurer la protection du public, des denrées alimentaires, des bâtiments et des matériaux contre les conséquences de la présence de nuisibles. Il s’agit bien d’une action contre les risques sanitaires, en relation par exemple avec les nuisibles transmettant des maladies, avec la sécurité alimentaire et la protection des matériaux (câbles rongés par les rats et souris, etc.). Par le biais de la Fédération suisse des désinfestateurs (FSD), il est possible d’entrer en contact avec ces professionnels et d’éventuellement les suivre dans leur travail.

Depuis quelques années les cas de punaises de lit sont en forte augmentation en Suisse. Le phénomène est mondial et n’est pas étranger à l’augmentation considérable des déplacements effectués par le public, ces parasites ayant une grande capacité à s’introduire dans les bagages. Une fois installés dans une habitation, il est très difficile de s’en débarrasser. L’intervention de professionnels de la désinfestation est pratiquement inévitable. Généralement c’est avec une combinaison de différentes mesures que l’on obtient l’indispensable éradication totale. Afin d’assurer celle-ci, un Guide européen des méthodes de lutte contre les punaises de lit (European Code of Practice for Bedbug Management) a été publié par la Bedbugfoundation, traduit en Suisse dans les trois langues nationales et diffusé par la FSD auprès des désinfestateurs.

Saviez-vous que depuis 2015, une norme européenne existe pour la branche EN 16636)? Cette norme garantie un haut niveau de compétence et de professionnalisme. Par exemple, pour minimer la quantité de biocides.